lundi 8 janvier 2018

Next Station, le nouvel opus de Marco De Angelis



Quatre ans après The River - Both sides of the story, Marco De Angelis sort Next Station, un excellent opus de rock progressif comprenant six titres. Pour ce 2e CD, le multi-instrumentiste italien s’est entouré de personnalités diverses de la sphère prog/rock.


Ainsi, les parties vocales sont assurées par Nad Sylvan [dont l’on signalera le récent et très réussi The Bridge Said No (paru chez Inside out en 2017)], par Robbie Wyckoff (Roger Waters Band) et par Goran Edman (Yngwie Malmsteen). Marco De Angelis, qui a composé et écrit tous les titres, officie comme à l'habitude à la basse, aux guitares et claviers. La formation est complétée par  le batteur Cristiano Micalizzi et la saxophoniste Cristiana Polegri. En écoutant attentivement ce Next Station, l’on perçoit la passion du musicien pour le rock progressif des seventies (Yes, Genesis, Pink Floyd) mais aussi d'autres influences plus récentes comme Porcupine Tree, Marillion ou Innerspace.

Marco De Angelis

Heureusement, De Angelis sait  innover musicalement, ajoutant une touche personnelle à des titres à la fois  mélodiques et accrocheurs. On remarquera  dans ce nouveau disque des morceaux recherchés à la rythmologie complexe (« A Proggy Night in London »), voire subtilement déconcertante (« Next Station »). Egalement, l'on appréciera des titres plus accessibles, comme le bluesy « Last Train » très West Coat ou  « Freewill », titre pop/prog pouvant rappeler Rush, Yes ou Peter Gabriel dans leur forme la plus commerciale. Nad Sylvan, dont le timbre de voix rappelle l'ex-chanteur de Genesis, chante sur trois titres, dont le floydien « Keep Going ».  La pleine aisance musicale de Marco De Angelis s’affirme à travers un jeu élégant de claviers et des parties de guitares discrètes et recherchées, comme dans « Back Again ».


Le timbre méditatif de Robbie Wyckoff participe  pleinement au climat du titre. Quant à « Next Station », il peut paraître bien alambiqué mais semble traduire au plus intime l’aventureuse expérimentation musicale du guitariste italien. Propulsé par une construction rythmique originale et porté par divers climats (jazzy, space, pop, bluesy, prog), c’est aussi un des titres les plus intéressants. A travers l'ensemble de Next Station, Marco De Angelis laisse percer la modernité de son savoir-faire  et son goût pour le bon prog d’antan.  Comme l'emblématique Big Big Train, Marco De Angelis, artiste de qualité,  représente brillamment l’état d’esprit d'une partie de cette nouvelle scène progressive, à la fois fiévreusement changeante et diablement  enracinée !

Next Station, Marco De Angelis, autoproduction, Italie, 2017






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire